Lycée de l'Image et du Son d'Angoulême

« Camille », le film !

6 novembre 2019

Le Film écrit l’an dernier par les élèves de seconde du LISA, en collaboration avec Ovidie sur le thème du harcèlement a été tourné dès la rentrée de septembre 2019. Les BTS ont apporté leur savoir faire technique sous la supervision attentive d’Ovidie, il est joué par les élèves du LISA et prend le principe d’un monde inversé où ce sont les garçons qui sont victimes du harcèlement sexuel de la part des filles. Ce parti pris incite chacun à revisiter ses stéréotypes.

Il a été présenté devant un parterre prestigieux à l’Assemblée Nationale lundi 4 novembre et a été très applaudi. Jacques Toubon l’a qualifié de remarquable et a demandé qu’il soit visible sur le site du défenseur des droits (ce sera bientôt le cas) !

Nos élèves ont été remarquables, remarqués et longuement félicités, interviewés, de vraies vedettes !

Aujourd’hui, le film à de nouveau été projeté à l’espace Franquin à Angoulême et a, là-aussi, reçu un accueil chaleureux. Mieux encore, il a été suivi d’un long débat avec la salle qui a été l’occasion pour nos élèves d’expliquer avec brio leurs choix d’écriture et de réalisation.

Il est visible que ce projet et les opportunités qu’il a offert les ont fait grandir, mûrir, prendre de « l’épaisseur » tant comme groupe que comme individus, ce qui est pour nous une très grande satisfaction.

Je tiens à remercier tout particulièrement Ovidie qui s’est pleinement investie aux côtés des élèves, sur le long terme et qui a apporté son regard de réalisatrice expérimentée.

Nous espérons que cette belle collaboration va se poursuivre longtemps encore !

Comme chef d’établissement je suis très fier des élèves, des étudiants de BTS, des personnels du lycée, à qui j’adresse mes chaleureuses et sincères félicitations.

J’espère qu’ils se souviendront longtemps de ces beaux moments, que cela fera peut-être naître des vocations et surtout que cela les confortera dans leurs choix personnels.

T. Roul,

Proviseur (très fier de ses élèves et étudiants) du LISA

PS : Donner les conditions pour que des jeunes qui ont tous, à des degrés divers, été harcelés, écrivent, jouent et réalisent un film, aillent le présenter à l’Assemblée Nationale et voir un aussi beau résultat est une fierté mais aussi un challenge à relever. Que faire ensuite d’aussi bien ? Je suis certain que les futurs élèves du LISA sauront relever ce défi avec talent.

Retrouvez-ci-dessous quelques images de cette belle aventure humaine et cinématographique.

Et c’est parti pour Paris, ici dans le TGV avec les élèves et Ovidie, nous étions 20 pour soutenir le film !

Quelques-uns des intervenants dont deux secrétaires d’état (Adrien Taquet et Gabriel Attal), le défenseur des droits, Jacques Toubon, des représentants de l’UNESCO, de l’ONU… Animation par Harry Roselmack tout de même !

Nous voici installés dans la salle Victor Hugo de l’Assemblée Nationale

Une partie de la délégation du LISA (avantage d’être des « vedettes » nos sièges étaient réservés !

Ouverture de séance par Adrien Taquet, secrétaire d’état.

Animation des débats par Harry Roselmack

Et voilà le grand moment, Ovidie et les élèves du LISA montent sur scène pour expliquer la genèse du film !

Jacques Toubon, les sénateurs et députés étaient juste devant eux à les écouter mais cela ne les a pas impressionnés ! Ils ont vraiment assuré !

Projection du film « Camille » suivie des très nombreux applaudissements et de l’intervention de Jacques Toubon : ce film est remarquable !

Clôture de séance, tout l’après-midi les jeunes ont été à la tribune et les adultes responsables dans la salle à les écouter ! Une inversion des rôles très bienvenue…

Débat avec la salle après la projection du film à l’espace Franquin mercredi 6 novembre. Là aussi des spectateurs unanimes pour féliciter toute l’équipe du film !

Tous et toutes ont pris la parole, en public, pour répondre à des questions qu’ils ne connaissaient pas et tous et toutes ont été étonnants de maturité, de sincérité, un très beau moment d’échange dont ils se souviendront je pense.

Comments are closed.